Le web est communautaire, le web 2.0 est social

La notion de communauté est un des fondements du web : ce média donne la possibilité à chacun de se rapprocher de ses centres d’intérêts. En se baladant sur le web on se rend compte que d’autres partagent les mêmes centres d’intérêts. Tous ces individus internautes en s’agrégeant petit à petit forment alors une communauté qui partage les mêmes centres d’intérêts.
Au sein de la communauté on peut segmenter (rapidement) trois groupes de personnes* :

  • les leaders d’opinions : ils sont experts et partagent leur savoir avec le reste du groupe
  • les suiveurs (aussi appelés early adopters) qui sans avoir le même niveau d’expertise que les premiers connaissent suffisamment bien le sujet pour être capables de le relayer ;
  • enfin la majorité des internautes qui « suit » ce que disent les deux premiers groupes.

Voila une des raisons du succès du web 1.0 : c’est le média des centres d’intérêts partagés.

Si on ajoute à ce basic une deuxième vague d’innovation, appelée web 2.0, qui permet à chacun de publier facilement du contenu (éditorial, images, sons, vidéos…) alors le média prend une tournure toute autre. La communauté peut facilement publier et d’autre part comme j’ai des amis au sein de la communauté ce qu’ils disent m’intéresse. Et ces informations publiées forment elles-mêmes une sous partie de la communauté, ce que l’on appelle une niche en marketing. Au sein de cette niche se reproduit exactement le même schéma que pour la communauté au sens large : on retrouve trois groupes actifs.

Ce que l’on appelle web 2.0 repose concrêtement sur les possibilités techniques de pouvoir échanger, mettre en commun ou au contraire écarter ceux et celles qui partagent les mêmes centres d’intérêts que vous. C’est l’aspect « social » du web.

Tout cela pour dire que Yahoo! vient de publier sa vision du futur du web à travers la présentation de Luke Wroblewski. Yahoo! est à la pointe de ce mouvement, depuis ses débuts (les yahoo! groups remember ?) et depuis sa stratégie de développement s’est axée autour de la notion communautaire et des possibilités qu’offre le média web en la matière.
Aussi je ne peux que vous recommander la lecture de cette présentation intitulée : « the web now : social« [Pdf] en anglais.

Via Ecosphère, Zdnet.

* A l’attention des marketeurs 😉 Un quatrième groupe existe, plus diffus, mais qui scrute attentivement ce qui se dit au sein de la communauté : ce sont les observateurs (lurkers). Comme ils n’interviennent pas souvent, ces derniers sont moins saisissables alors qu’ils connaissent parfaitement les thèmes traités.

PS : en parlant de Yahoo! jetez un oeil sur cette page qui propose quelques cent idées pour utiliser Yahoo!

2 thoughts on “Le web est communautaire, le web 2.0 est social”

Les commentaires sont fermés.